mardi 8 juillet 2014

Zombies or not zombies (chroniques)

J'ai peur des zombies. C'est un fait, ces cadavres qui avancent en vagissant pour manger de la bonne chair fraiche me foutent une trouille de tous les diables.

Je suis incapable de regarder une série télé ou un film de zombies. En général, je tiens 20 minutes (mon record) avant de partir en courant ! Bref, c'est la panique !

Puis, je me suis rendue compte qu'en fait, j'aimais les histoires de zombies (même si elles me font quand même très peur) à condition qu'elles soient couchées sur papier. En romans et nouvelles, hein ! Pas les BDs, comics ou autres. Images de zombies = une Gaëlle tremblante et à la limite de la crise de nerfs.

J'en mets même dans certaines de mes histoires (Les Noyés et les Morts dans l'Odyssée de Nim ont une certaine place même si on ne les voit pas vraiment, ils sont un peu l'essence de la malédiction qui plane sur Assgrian).

Donc, c'est pour moi l'occasion de vous parler de deux séries de zombies :

Toxic de Stéphane Desienne aux éditions Walrus.

J'en ai brièvement parlé dans un précédent article mais je vais revenir un peu dessus.

L'humanité est en péril. Entre l'épidémie qui a transformé une partie de la population terrienne en zombies et une invasion d'extraterrestres, les survivants ont bien du mal à... survivre, justement.
Comme le dit le dicton : l'homme est un loup pour l'homme. Et le petit groupe de héros et antihéros que nous suivons tombera de Charybde en Scylla !
Mieux encore, les extraterrestres croqué par Stéphane Desienne sont riches en surprises, n’œuvrent pas tous dans le même but...

Le mot d'ordre de cette série : suspens ! Chaque épisode se termine sur un cliffhanger, on découvre les personnage petit à petit et on ne peut s'empêcher de tourner pages (virtuelles) après pages pour connaître la suite.


Ennemis de Charlie Higson

Le pitch : Tous les humains au-dessus de quinze ans sont tombés malades. Une partie a succombé à la maladie. Les autres se sont transformés en prédateurs impitoyables.
Leurs proies ? Les enfants et adolescents qui, eux, ne sont pas touchés par ce mal.

Les zombies ici sont un peu différent. Il leur reste une vague conscience mais complètement corrompue par la maladie (je pense au Collectionneur... brrr !) et surtout, ils ne sont pas (encore) morts. Une fois tués, ils ne se relèvent pas. Mais cela ne les rends pas moins terribles que leurs homologues revenus d'entre les morts.

C'est une série d'actuellement 5-6 livres dont seul le premier est traduit en français. Du coup, j'entretiens mon anglais parce qu'une fois la lecture entamée, on ne peut plus s'arrêter.
The Ennemies, the Dead, the Fear et les suivants s'adressent à un public Young Adult. En ce qui me concerne même des grands adultes peuvent les lire sans avoir peur d'être déçus. Même s'il y a beaucoup d'action, l'auteur creuse la psychologie des personnages. Le pire côtoie le meilleur, les personnalités se révèlent devant les épreuves. Les personnages auxquels on s'attache ne sont pas épargnés, beaucoup meurent... Parce que justement, c'est un monde terrible pour ces enfants qui ont dû grandir très (trop) vite.

Chaque tome va suivre un groupe d'enfants et d'ados bien particulier mais de l'un à l'autre des livres des personnages connus croisent la route des héros. Les personnages principaux d'une histoire deviennent des personnages secondaires dans les suivantes puis, reprennent plus d'importance... Le tout s’entremêle pour donner une histoire impossible à lâcher !

Et les Pères et les Mères/Etrangers/Sickos... quel que soit le nom donné aux adultes sont toujours omniprésents, terribles bourreaux et victimes de la maladie en même temps.

Voilà, voilà... Je vais essayer de chroniquer mes lectures plus régulièrement et aussi de vous donner des petits articles sur l'écriture. Je ne sais pas si certains pourraient se montrer intéressés ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Maître Corbeau...

... est revenu en Belgique ! Enfin, je pense bien que c'est un corbeau, je n'avais pas mes lunettes... En tout cas, il est dr...