dimanche 22 avril 2018

Il était une fois...

Sinon, à part ça... Je suis à la bourre dans mes corrections Murmures...
Faut dire aussi que Muse ne me laisse pas tranquille. Elle se sent libérée, délivrée des contraintes éditoriales... Sauf que... Ben ouais ! L'impératif, c'est Murmures ! Nom d'un bilboquet en bois !

Sinon, histoire de la calmer un peu, je vais faire une pause dans Le Chemin, histoire qu'elle ait une carotte à ronger. Objectif : corrections terminées dans la semaine, on y croit !

Et histoire de se mettre en train, une petite mise en bouche que d'aucun apprécieront... ou pas...


"Dans les épisodes précédents :

Il était une fois une petite fille qui vivait dans une Famille de Sorcière. Ouais, Famille avec un « F » majuscule, façon mafia, triade… version supernatural mais sans les frangins beaux gosses et têtes à claque.
Bref, cette petite fille se trouvait bien malheureuse car elle ne possédait aucun pouvoir particulier et aucun attrait pour la torture de chatons mignons ou les sacrifices de nouveau-nés. Pire, sa garde-robe regorgeait de t-shirt « fée Clochette » et de jeans à paillette (je sais, ça fout la gerbe !).
Un beau matin, son gentil cousin dut passer son rite de passage et la sacrifia d’un coup de dague en plein cœur.
La petite fille mourut.
Mais l’histoire ne s’arrêta pas là, car elle survécut.
(La petite fille, pas l’histoire… Enfin, si, quand même un peu mais là n’est pas la question !)
La gamine revint sous forme de fée. Un rêve devenu réalité !
Question glamour, par contre, elle pouvait repasser ! Adieu veau, vache et cochon ; bonjour cri qui tue et âme mutilée. Elle était revenue banshee.
La petite fille-fée devint la Vengeresse de sa Famille. Elle perdit vite le compte de ses victimes et continua à apprendre des trucs utiles – du genre, comment dézinguer un Ogre les doigts dans le nez ou quelle est la manière la plus pratique de désosser un loup-garou… – pour sa carrière de nettoyeuse. Elle fit de beaux voyages et tua encore plus de gens.
Lorsqu’elle fut bien lassée de ce type de carrière, elle vendit sa Famille aux Puissances et s’exila aux States pour s’essayer au boulot de fliquette du monde surnaturel.
Bonjour, Rédemption, son B.A.S. (Bureau des Affaires Surnaturelles), son équipe de bras cassés : une sorcière blanche (Lucrèce), une sirène (Leyhan) et sa patronne flippante (la seule et unique Dame du Lac : Nimué).
Là-bas, elle rencontra Basil, son cousin adepte de la dague, lui aussi en cavale. Elle lui aurait bien rendu la monnaie de sa pièce mais paraît que c’est mal vu chez les gentils.
Elle rencontra aussi (préparez votre sac à gerbe) son âme-sœur, un loup à tendance ours et exhibitionnisme.
Avec tout ce beau monde, elle protégeait les habitants de Rédemption.
Dans l’ordre du tiercé gagnant, elle dézingua des vampires crétins, un nécromancien mort en quête de résurrection, des wendigos, Rumpelstiltskin en personne, une licorne, des fées du destin. Des journées bien remplies en somme.
Elle fit aussi plus ample connaissance avec sa famille côté paternel : un papy roi des Aulnes et une tata givrée qui ne demandait pas mieux que de lui tanner la peau (ambiance, ambiance pour les réunions familiales).
Cousin Basil en profita pour lui refaire le coup de la dague en plein cœur une seconde fois. Mais l’histoire ne s’arrêta toujours pas là… car elle survécut !
Encore.
La Dame du Lac prit le relai et latta la tronche à la tata givrée. L’âme sœur, quant à elle, décida que c’était un aussi bon moment qu’un autre pour se rendre compte que, tout compte fait, y avait plus de lien d’âmes puisque la fille avait récupéré la sienne (d’âme, suivez un peu !) et se barra.
En attendant, la petite fille se retrouvait trois fois née, le cœur en morceaux (une âme, ça a des effets secondaires plutôt pénibles…) et en convalescence, parce que mourir, mine de rien : c’est fatiguant !

Ah ouais… By the way, la petite fille, elle vous emmerde.
Et moi aussi !

Allez, salut bisous !
Proie."



C'est du premier jet qui pique un peu les yeux mais je sens que je tiens le bon bout.

 Bon, au boulot, j'ai un roman jeunesse qui ne va pas se corriger tout seul.

jeudi 1 mars 2018

Le Chemin Jusqu'à Demain (4)

Alors qu'ai-je fait depuis le nouvel an ?

J'ai terminé "De Neige et d'Argile" en janvier et en février j'ai repris l'écriture du "Chemin Jusqu'à Demain".
Eh oui ! C'est le retour du chemin, de mes gosses et de mes monstres métaphoriques (Oui, l'Ogre, c'est une image, une métaphore, il n'a pas de bottes de sept lieues !) et des extraits !

Deux aujourd'hui... Vous êtes gâtés !



Mélie lui donne son petit sac-à-dos. Celui que Mélanie lui a préparé...
Elle a un peu envie de pleurer et elle est fatiguée. Mais elle veut pas demander à Marian de la prendre encore sur ses épaules. Elle est fâchée contre lui ! C’est pas bien de tuer les gens ! Et de l’obliger à marcher encore !
Pourtant, quand il lui tend la main, elle la prend et le laisse l’entrainer à sa suite. Il fait attention à ne pas faire de trop grandes enjambées.
Il est gentil, Marian, quand il n’est pas méchant.



Et un, un peu moins mignon...



"C’est le choc des titans, le révolver vole dans les airs. Marian heurte la charge de l’homme, la dévie. Derrière lui, Malienki s’est figée, bouche ouverte sur un cri silencieux. Clem non plus n’a pas bougé, tétanisé.
Marian tourne la tête vers eux.
 Courez ! rugit-il. Allez !
Le garçon sursaute. Marian n’a pas le temps de leur accorder plus de temps. L’Ogre revient à la charge, son couteau bien en main. Derrière lui, il entend Malienki crier :
 Marian ! Marian !
 Viens Mélie !
Du coin de l’œil, il voit Clem attraper la petite par la taille. Elle se débat, les joues liées de larmes.
 Je veux pas ! Marian !
La lame mord dans son bras. Il se dégage et assène un coup sec sur la nuque crasseuse du grand homme. Son attention focalisée sur son adversaire, il entend un bruit de course. Le garçon emmène sa toute-petite à l’abri.


Irina, j’ai protégé les enfants


L’Ogre est parti lécher ses plaies. Les gosses ont disparu, ils ont obéi pour une fois. Marian s’assied tant bien que mal. Il a réussi à remettre la main sur son arme. Cette fois, il ne laissera pas tuer ses petits.
Il faut un monstre pour tuer un autre monstre, paraît-il.
Il se redresse en prenant appui contre un mur à moitié écroulé. Il a une dernière chasse à mener."



 (Comme toujours, c'est du premier jet qui pique un peu les yeux)


 Je vais commencer les corrections de "De Neige et d'Argile", le dernier tome de Murmures. Je l'ai bien laissé reposer, il est temps de m'y remettre !



mercredi 27 décembre 2017

Joyeux Noël et Bonne année ! (bilan et objectifs)

Meilleurs vœux et tout ce qui va avec !

Ce blog est un peu abandonné, j'en suis la première désolée. Ma santé s'est passablement dégradée, j'ai dû faire l'impasse sur certains salons, aussi... L'écriture en a pris un gros coup dans les dents, en prime.

Donc, je suis en retard sur tout. Je n'ai pas terminé le troisième tome de Murmures (bon, je suis en bonne voie, j'avance petit à petit et le mot fin approche).

Bref voilà, une fin d'année bien pourrie et un début d'année qui s'annonce peu joyeux.

Pour 2018, l'objectif principal sera de terminer De Neige et d'Argile, le troisième (et dernier sauf instructions contraires) tome de la série Murmures chez Séma Editions.

Mon autre objectif principal sera de retrouver un équilibre entre ma vie de tous les jours et l'écriture et surtout de me remettre en forme.

Voilà, ce sera tout pour moi. Je vous souhaite pleins de bonnes choses pour la nouvelle année !

samedi 2 septembre 2017

Mois de septembre

C'est la rentrée !
Les gremlins rentrent à l'école et, moi, je profite de mon dernier mois à mi-temps.

J'ai deux-trois objectifs que j'aimerais remplir d'ici octobre... C'est parti !

- Écrire le dernier tome prévu de Murmures (il y en aura peut-être d'autres après mais ça dépendra de mon éditeur !) (Petit teasing : le personnage principal sera une fille mais pas Marylou !)
- Écrire le petit roman pour tous jeunes lecteurs "Soulelit" pour ma toute petite...
- Avancer dans le Saigneur du Temps
- Essayer de me préparer un plan d'attaque pour la Malombre et me préparer à terminer le cycle...

Avec ça, je devrais avoir un mois de septembre bien occupé...

Ah ! Et Cœur de Glace a eu sa première chronique !

Et je serai au salon du livre d'Ouffet le samedi 9 septembre ! Le rendez-vous est pris ? :)

lundi 21 août 2017

Ray's Day

Moi aussi je participe au Ray's day, un peu à la dernière minute !

Et parce que je n'abandonne pas "Le Chant de la Malombre", même si l'écriture me prend beaucoup plus de temps que prévu, je voulais partager avec vous un petit bout de ce que je construis, phrase par phrase, nouvelle après nouvelle, bout de chapitre par bout de chapitre...

Devant ce tome 3 qui ne veut pas se concrétiser, j'ai éprouvé le besoin de renouer avec mes personnages, de les explorer... de combler les trous dans leur histoire...

Si vous avez aimé Gabriel dans Tueurs de Dragons et Face à la Marée et si son perpétuel sentiment d'être un fardeau vous a peut-être agacé, attendri... Je lève un peu le voile sur une facette de son histoire qui peut-être répondra à bien des questions.
La nouvelle est encore un peu brut de décoffrage. Elle est courte aussi. J'espère qu'elle vous plaira quand même. J'en prépare d'autres en coulisse.

Vous pouvez la télécharger, je la laisserai en ligne jusqu'à la rentrée scolaire. Bonne lecture !

jeudi 10 août 2017

Médiévales de Bouillon

Vieux motard que jamais, je vous donne rendez-vous à Bouillon pour les Médiévales (ou autour, en tout cas) après-demain toute la journée ! (Godefroid de Bouillon, ça vous dit quelque chose ? Oui, oui, c'était son château !)

Je n'y serai que le samedi mais l'équipe de Séma édition sera là tout le w-e !

Au programme Priscilla Grédé, Lou Ardan, moi-même et pleins d'autres. Je suis une vraie tête de linotte, j'ai peur de mélanger les absents avec les présents (comprenne qui pourra !).

Si vous êtes dans le coin ou que vous ne savez pas quoi faire : on vous attend, les gens !

En plus, ce sera l'occasion de découvrir mon dernier bébé : Coeur de Glace.

L'illustration de couverture par Annick... Si ça, ça ne vous donne pas envie... :)
 Je dis ça, hein...

samedi 5 août 2017

Saigneur du Temps (4)

Et les vacances continuent...

J'ai gagné mon Nano mais j'ai oublié de le valider... Oups ! 

Déjà en août ! Bon, ben tant pis...
Bon, du coup, j'ai écrit 20 000 mots mais vous serez bien obligés de me croire (ou pas) sur parole... ^^;

Je continue mon petit bonhomme de chemin sur le Saigneur du Temps. C'est un pur moment d'archéologie : les pièces du puzzle commencent à apparaître. J'ai les coins et les bords commencent à se former.

J'en suis actuellement à 52 113 sec soit 9 432 mots.

Un petit extrait ?

Le quatrième interlude et le début du chapitre 5, ça vous dit ?

"— Si tu pars…
— Je sais ! Je reviendrai pas !
— N’essaie pas de deviner ce que je vais dire !
— Je n’essaie pas ! Rassure-toi ! J’ai décidé de partir et tu peux pas m’en empêcher !
— Ne sois pas stupide !
— C’est toi qu’es stupide, p’pa !

 
Trente jours après le solstice d’été


5


Je reviendrai pas…
Karen entrouvre les yeux. Il s’est laissé glisser dans cet état entre éveil et repos qui accompagne les longues attentes. Dans son dos, le tronc est solide, l’ancre dans la réalité. En-dessous de lui, les déserteurs se sont installés pour la nuit, le feu de camp n’est plus que braises. Bientôt, en dehors des trois sentinelles, le silence règne… agrémenté de la vie nocturne des bois qui ne se laisse pas perturber par ces envahisseurs.
Le jeune homme sourit, amusé de voir les gardes sursauter et regarder autour d’eux nerveusement. L’un d’eux lève la tête et balaie les frondaisons sans voir la menace qui les surplombe. Dommage pour eux, ils seront les premiers à mourir.
Le premier guetteur n’a pas le temps de sursauter, son dernier souffle le déserte déjà. Karen est une ombre parmi les ombres, le second veilleur n’a pas la moindre chance. Le troisième se retourne, alerté. Une longue aiguille se plante dans son œil et il tombe à son tour.
Une autre ombre atterrit silencieusement dans le camp. Le travail n’est pas terminé. Au matin, aucun, ou presque, ne se relèvera. Karen sait qu’il devrait sans doute ressentir quelque chose. Plus tard, il se sentira mal : en cet instant, il se concentre juste sur sa tâche. Il le doit bien au petit village de Porteval. Ces hommes, dont certains ne sont encore que des adolescents, n’ont pas fait de quartier lors du raid. Ils ont tué tous les villageois qui n’ont pas pu s’échapper. Hommes, femmes, enfants, vieillards… Même les nourrissons n’ont pas été épargnés. C’est pour ça que le seigneur des lieux, un Llaird mineur a fait appel à eux… pour faire passer un message."




Bonne lecture et à bientôt !

Il était une fois...

Sinon, à part ça... Je suis à la bourre dans mes corrections Murmures... Faut dire aussi que Muse ne me laisse pas tranquille. Elle se sent...