mardi 19 juin 2018

Gribuibuis - le sniffeur

Le sniffeur... Je suis contente de son corps et de ses yeux de myope mais le reste... >.<
Je m'amuse un peu avec mes crayons mais les résultats ne sont pas géniaux... En attendant, ça me donne une idée de la bête.

mercredi 13 juin 2018

Gribuibuis, le retour...

Quelqu'un m'a dit un jours que je devrais essayer de développer mon univers graphique. Soyons honnêtes, je ne suis pas une grande dessinatrice mais j'aime bien mes gribuibuis...

Je vous présente donc Veyz Iküll, un des héros des Trois mèches de cheveux que suis en train d'écrire (je corrige Murmures aussi, hein !) :




Bon, ce sont des photos, du coup, la qualité est ce qu'elle est... ^^;

Sinon, j'ai aussi tenté un premier croquis de Renarde... Je n'en suis pas vraiment satisfaite. Il faut que je m'entraine à dessiner les bambins...



Ici aussi, la qualité du dessin est un peu cracra...


samedi 9 juin 2018

Retours lectures (plumes francophones)

Je me rends compte que j'ai honteusement négligé mon blog. Déjà que je n'étais pas très régulière avant, ces derniers mois se sont transformés en désert.

Je ne sais pas si je saurai dans l'avenir produire des articles réguliers mais je vais essayer.

Alors, j'ai pas mal lu (et écrit aussi). Du coup, je vais un peu trier. Je ne sais pas vous mais ces derniers temps, j'ai surtout lu des romans écrits par des francophones. Et franchement, la qualité est au rendez vous !

Il nous reste le Ciel de Chloé Bertrand


Ils s’appellent Kiran, Matthew, Tobias et Charly.
Ils ont quatorze, vingt, dix et seize ans.
Ils vivent en Inde, en Australie et dans l’Utah.
Ce sont des enfants du même monde, un monde où soudain, tout va mal. Tornades, tsunamis, inondations – le dérèglement climatique brutal est à la hauteur de l’inconscience qui l’a précédé, et les conséquences sont cataclysmiques.
Pris dans la tourmente et livrés à eux-mêmes, tous les quatre vont se lancer dans une longue errance, fuyant territoires hostiles et folie humaine, à la recherche de leur famille, de lieux plus sûrs et, par-dessus tout, de l’espoir qu’une vie heureuse est encore possible, quelque part.

A prévoir avant la lecture : un paquet de kleenex. Cette série, c'est une gifle, un coup au cœur. Je n'en dévoile pas trop pour ne pas spoiler mais ces gamins livrés à eux-mêmes dans un monde déréglés, c'est dur à lire. Mais en même temps, c'est addictif parce qu'on s'attache à ces frangins qui vont former la plus improbable des familles !
Mention spéciale à Kiran (mon chouchou forever) et Camille (même statut, petite bichette, va !) !!!

Le troisième et dernier tome devrait bientôt sortir, mon paquet de kleenex est déjà prêt ! C'est un plaisir à lire, surtout que j'ai assisté à la mise en mots dès le tome deux. C'est là que je suis tombée in love avec la plume de l'auteur et avec ses gamins.

Dans l'ombre des miroirs, de Marge Nantel


Il sauta sur le dernier mètre et se reçut accroupi, l’arme au poing, puis se décala d’un bond.
Un battement de cœur plus tard, Jon Malakine atterrit à ses côtés.
Le noble s’épousseta.
— Vous finissez souvent vos soirées comme ça ? demanda Sabhe avec aigreur.
Malakine ne répondit pas mais une étincelle amusée dansait dans ses yeux noirs.
Un sifflement leur fit tourner la tête. C’était Cyal qui venait à leur rencontre. Le grand blond s’arrêta à deux pas de la poterne par laquelle il était entré, son arbalète à la main.
— Ravi de vous voir, commenta le baron.
— Vous m’en direz tant ! grinça Cyal. Vous avez tout le palais aux trousses cette fois, ou seulement la moitié ?

Partez à la découverte d'un monde où la magie se révèle tour à tour usuelle et incontrôlable, où les Assassins ne sont pas toujours ce que l'on croit, et où l'aventure vous attend à chaque coin de rue. Entre jeu de pouvoir et complots, nos héros naviguent en eaux troubles des bas-fonds de la capitale aux frontières des contrées sauvages. À la suite de Gil de Sabhe, enfourchez vos montures, tirez vos capuches et entrez dans l'Ombre des Miroirs… à vos risques et périls !

Ici, je n'ai pas assisté à l'écriture de ce roman mais à celle d'une autre histoire dans le même univers et avec Sabhe comme personnage principal. Je suis tombée accro à l'humour de l'auteur, de sa manière de nous accrocher à des falaises en attendant la suite (un cliffhanger ? Tatata ! Un cyberlunage, c'est le nouveau terme !), de sa manière de faire vivre ses personnages, de poser les chocs culturels, là, comme ça, l'air de pas y toucher. Quand j'ai appris qu'un de ses romans allait être édité, j'ai sauté dessus tel l'épervier sur sa proie et... je n'ai pas été déçue ! J'aime sa manière de peindre des portraits, ses personnages féminins forts, ses personnages abimés par la vie.
Et puis... Den forever, quoi !

Jack O'Lantern : Cauchemars - 1 de Sophie Fischer


À seize ans, Niamh O’Bannon est persuadée d’être folle. Quand sa psychiatre l’envoie rencontrer un certain Mr Mardling pour un travail, la jeune fille croit n’avoir aucune chance de décrocher le poste... mais elle découvre, non sans stupeur, qu’elle a toutes les qualités requises pour celui-ci. Car non, elle n’a pas d’hallucinations. Les fantômes qu’elle voit sont bien réels !
Embarquée dans une enquête pour apaiser un esprit frappeur, la voilà forcée de collaborer avec le pire d’entre eux : Jack O’Lantern lui-même !

Décidément, il n'y a que des grenouilles dans cet article. Ce roman, je l'ai vu passer dans les challenges de cocyclics, il y a quelques années. Je ne l'avais pas suivi par manque de temps mais je me rappelais de la citrouille. 
Niamh est juste adorable, fragile perdue mais en même temps, plus forte que bien d'entre nous ! Les personnages qui l'entourent plus vrais que nature et très attachants. Même Jack, flippant au possible, est finalement touchant (tout en restant franchement effrayant dans son genre)

Entre Troll et Ogre de Marie-Catherine Daniel


Arsouille est un vieux troll désabusé et perclus d’arthrite. Plus grand-chose ne l’inquiète, à part bien sûr les ogres, la guerre et son petit-fils qui doit entrer au collège...
 
Mais un soir, Arsouille reçoit une lettre pleine de regrets de son jumeau qu’il n’a pas vu depuis cinquante ans. La surprise est totale : son frère est un ogre et les ogres n’écrivent pas aux trolls. D’ailleurs, les ogres ne font pas dans le sentiment, pas même avant de vous arracher la tête. Alors qui a écrit cette lettre ? Arsouille qui ne sait pas déchiffrer une carte va devoir se rendre sur le front pour le découvrir...

Je retrouve ici avec énormément de plaisir la plume de Marie-Catherine Daniel (Rose-Thé et Gris-Souri) avec sa profonde humanité, sa bienveillance envers ses personnages et ses lecteurs. J'ai adoré Arsouille, je l'ai suivi, retrouvé avec son arthrite et ses pensées si particulières. J'ai suivi son évolution avec tendresse.
D'ailleurs, s'il y a bien un mot qui définit ce livre malgré son milieu dur et cruel, c'est bien la tendresse. Elle est partout et, sincèrement, ça fait du bien !
Je vous laisse découvrir son message, ce qui se cache entre Troll et Ogre. (Peut-être bien un peu de nous...)

Drôle de Mort de Sophie Moulay


Je m’appelle Roger Fournier et je suis mort depuis soixante ans. Assassiné. Ne soyez pas désolé, j’ai eu le temps de m’y habituer.
 
Les plus beaux moments de ma mort ? L’enquête menée par l’inspecteur Tovelle pour découvrir mon meurtrier. Inutile de vous préciser que j’étais aux premières loges !
 
J’ai découvert le véritable visage de mes proches et appris à mes dépens que toute vérité n’est pas bonne à entendre… Depuis, j’ai su rebondir et me construire une nouvelle vie dans la mort. Un jour, si nous avons le temps, je vous en parlerai davantage.
 
Mais d’abord, laissez-moi vous raconter comment j’ai été assassiné.
 
*
Ce que j'ai pu rire ! Sacré Roger, il n'a pas la langue dans sa poche ! Il prend sa mort plutôt bien, au final : il pète la forme ! Bref, l'auteur ne nous laisse aucun instant de répit... et dresse le portrait d'une famille où règne les non dits. Un portrait au vitriol, personne n'est épargné !
Une petite souris m'a dit qu'une suite devrait bientôt arriver. Perso, je me prépare à sauter dessus !!!

Inhumaine de Sophie Moulay

150 ans après la montée des eaux et l’engloutissement de l’Europe, les anciens Blancs vivent en vaincus dans les quatre pays d’Afrique encore à sec. Pourtant, grâce à ses inventions, c’est l’un d’entre eux qui a rétabli la paix et la sécurité dans la nouvelle confédération, avant de disparaître. Roseau, une jeune blanche, sait cependant qu’il n’est pas le héros que l’on croit. À la recherche de son identité, elle part sur ses traces, mais son chemin est semé d’embûches. Poursuivie par les machines du savant et flanquée d’un improbable poète, fasciné par le monde d’avant et amoureux des vers du Doré, Roseau doit affronter sa réalité.

Ici, j'avoue que j'ai lu plus en diagonale. Je crois que je n'étais pas dans le bon état d'esprit, je reprendrai la lecture dans quelques mois. Je me rappelle que j'avais beaucoup aimé les extraits lu dans les challenges où j'ai suivi l'écriture du roman.
En tout cas, c'est un roman dépaysant, aux accents d'orient et où les dominants ne sont plus qui ils étaient avant. Ça fait réfléchir sur notre société et la manière dont nous traitons les "faibles", les victimes...
Ah oui ! Les fans de Julien Doré devraient tous lire ce roman !

Les Poisons de Katharz d'Audrey Alwett

À Katharz, ville-prison dans laquelle sont expédiés les criminels, le meurtre est légal et même récompensé. Ténia Harsnik, la dirigeante, y règne par la terreur et aime jouer de la guillotine. Non qu'elle soit cruelle, mais il lui faut coûte que coûte maintenir le nombre d'habitants sous le seuil des cent mille âmes. Le dépasser conduirait hélas à la fin du monde, et ça serait désagréable.
 
Bien entendu, les enjeux sont secrets. Bien entendu, le marchand de sortilèges Sinus Maverick prépare un coup d'État infaillible. Bien entendu, le Prince Alastor a planifié de raser la ville avec sa trop nombreuse armée. Bien entendu, Dame Carasse, la seule sorcière capable d'affronter ce chaos, vient de ficher le camp. Bien entendu...

Oh bon sang ! Je ne sais même pas par où commencer !
Si vous aimez l'humour corrosif, les jeux de mots et les personnages succulents : ce livre est pour vous !
C'est bien simple, j'ai bien failli me faire pipi dessus tellement j'ai ri ! Le prologue a lui tout seul m'a arraché des ricanements de hyènes ! 
Mention spéciale à Dame Carasse et Ténia mais tous les personnages rencontrés valent leur pesant d'or.
Et les licornes !
My god ! Les licornes ! *succombe dans un accès de rire*



Très franchement, les francophones n'ont pas à rougir de leurs auteurs, y a que du bon dans cette petite sélection !

Ben alors ? 
Vous êtes toujours là ?
Allez ! Hop ! Filez lire, vos bouquins et vos liseuses n'attendent plus que vous !

jeudi 31 mai 2018

Histoire du soir...

Petit cadeau à lire le soir avant de se coucher...


"(...)
Tu ouvres ta messagerie. L’ami d’un ami te propose de visionner une vidéo avec un titre racoleur : « Quelques secondes qui vont changer ta vie ! ». Tu hésites un moment, tu préfèrerais lancer un jeu en ligne et voir si tes potes sont déjà là. Mais tu te sens d’humeur curieuse. Allez, juste un coup d’œil !
Tu cliques.
[]
Tu n’aurais peut-être pas dû.
La vidéo se met en grand écran directement. Tu as beau appuyer sur escape, rien n’y fait. La surface entière est devenue noir.
Eh merde !
C’est malin, ça ! Tu te dis que tu as dû te faire pirater, tu te sens très, très bête !
Au moment où tu t’apprêtes à refermer ton ordinateur tu l’entends.
Un petit crépitement, un bruit de friture...
Presque malgré toi, tu interromps ton geste et relève l’écran. Il est toujours aussi sombre mais il te semble que quelque chose a changé. Il y a des ombres dans son ombre. Quelque chose se dessine peu à peu. Tu distingues des branches qui pendent, la forme d’un rocher et derrière...
Une silhouette.
Tu commences à apercevoir des courbes, des angles.
L’arrondi d’un front, des mèches emmêlées...
Il y a quelqu’un accroupi derrière le rocher ! Tu en es certain même si tu ne le discernes toujours pas plus clairement.
Tu ne t’en es pas encore rendu compte mais tu te penches sur ton ordinateur comme si coller ton nez à l’écran te permettrait d’y voir plus clair. C’est étrange comme tu peux remarquer plus de détails, maintenant. On dirait presque que ta vue s’accoutume peu à peu à l’obscurité.
Tu ne l’as pas encore remarqué mais, de ton côté de l’écran, la lumière du jour se meurt peu à peu.
Derrière le rocher, la silhouette bouge par à coup. Tu devines qu’elle tremble. Tu l’entends à présent, elle respire. Son souffle vient par saccades, est-ce que la personne pleure ? Ou alors elle a froid ?
Pourquoi reste-t-elle cachée comme ça ? Est-ce que ça va durer ainsi toute la vidéo ?
Enlisé dans tes interrogations, tu as oublié la manière dont le fichier a pris les commandes de ton portable. Peut-être que si tu tends l’oreille, tu entendras autre chose ?
(...) "


Je suis restée éveillée une heure avec l'image de départ en tête. Puis, j'ai fini par me relever et ouvrir un carnet. Ce n'est pas fini mais en attendant, je teste la narration en "tu"...


lundi 28 mai 2018

Gribuibuis

Ce week-end plutôt qu'écrire, j'ai préféré dessiner avec mes gremlins.

Et... si elles se sont vite découragées dans un premier temps, la toute petite commence à prendre le coup.

Perso, je me suis plutôt bien amusée.

Premiers essais

Pas encore géniaux mais, c'est un début ! :)
Je crois qu'elles seront plus tentées par des dessins plus simples, c'est ballot, j'ai pris trop compliqué pour une prochaine fois. Mais n'empêche qu'on a passé un bon moment. Et de mon côté, je vais essayer de dérouiller un peu mon coup de crayon !

Mais les pas à pas... C'est chouette. Ma toute petite a dessiné un cheval qui ressemble vraiment à un cheval. (La grande, elle, continue à faire des saucisses à pattes... ^^; )

dimanche 22 avril 2018

Il était une fois...

Sinon, à part ça... Je suis à la bourre dans mes corrections Murmures...
Faut dire aussi que Muse ne me laisse pas tranquille. Elle se sent libérée, délivrée des contraintes éditoriales... Sauf que... Ben ouais ! L'impératif, c'est Murmures ! Nom d'un bilboquet en bois !

Sinon, histoire de la calmer un peu, je vais faire une pause dans Le Chemin, histoire qu'elle ait une carotte à ronger. Objectif : corrections terminées dans la semaine, on y croit !

Et histoire de se mettre en train, une petite mise en bouche que d'aucun apprécieront... ou pas...


"Dans les épisodes précédents :

Il était une fois une petite fille qui vivait dans une Famille de Sorcière. Ouais, Famille avec un « F » majuscule, façon mafia, triade… version supernatural mais sans les frangins beaux gosses et têtes à claque.
Bref, cette petite fille se trouvait bien malheureuse car elle ne possédait aucun pouvoir particulier et aucun attrait pour la torture de chatons mignons ou les sacrifices de nouveau-nés. Pire, sa garde-robe regorgeait de t-shirt « fée Clochette » et de jeans à paillette (je sais, ça fout la gerbe !).
Un beau matin, son gentil cousin dut passer son rite de passage et la sacrifia d’un coup de dague en plein cœur.
La petite fille mourut.
Mais l’histoire ne s’arrêta pas là, car elle survécut.
(La petite fille, pas l’histoire… Enfin, si, quand même un peu mais là n’est pas la question !)
La gamine revint sous forme de fée. Un rêve devenu réalité !
Question glamour, par contre, elle pouvait repasser ! Adieu veau, vache et cochon ; bonjour cri qui tue et âme mutilée. Elle était revenue banshee.
La petite fille-fée devint la Vengeresse de sa Famille. Elle perdit vite le compte de ses victimes et continua à apprendre des trucs utiles – du genre, comment dézinguer un Ogre les doigts dans le nez ou quelle est la manière la plus pratique de désosser un loup-garou… – pour sa carrière de nettoyeuse. Elle fit de beaux voyages et tua encore plus de gens.
Lorsqu’elle fut bien lassée de ce type de carrière, elle vendit sa Famille aux Puissances et s’exila aux States pour s’essayer au boulot de fliquette du monde surnaturel.
Bonjour, Rédemption, son B.A.S. (Bureau des Affaires Surnaturelles), son équipe de bras cassés : une sorcière blanche (Lucrèce), une sirène (Leyhan) et sa patronne flippante (la seule et unique Dame du Lac : Nimué).
Là-bas, elle rencontra Basil, son cousin adepte de la dague, lui aussi en cavale. Elle lui aurait bien rendu la monnaie de sa pièce mais paraît que c’est mal vu chez les gentils.
Elle rencontra aussi (préparez votre sac à gerbe) son âme-sœur, un loup à tendance ours et exhibitionnisme.
Avec tout ce beau monde, elle protégeait les habitants de Rédemption.
Dans l’ordre du tiercé gagnant, elle dézingua des vampires crétins, un nécromancien mort en quête de résurrection, des wendigos, Rumpelstiltskin en personne, une licorne, des fées du destin. Des journées bien remplies en somme.
Elle fit aussi plus ample connaissance avec sa famille côté paternel : un papy roi des Aulnes et une tata givrée qui ne demandait pas mieux que de lui tanner la peau (ambiance, ambiance pour les réunions familiales).
Cousin Basil en profita pour lui refaire le coup de la dague en plein cœur une seconde fois. Mais l’histoire ne s’arrêta toujours pas là… car elle survécut !
Encore.
La Dame du Lac prit le relai et latta la tronche à la tata givrée. L’âme sœur, quant à elle, décida que c’était un aussi bon moment qu’un autre pour se rendre compte que, tout compte fait, y avait plus de lien d’âmes puisque la fille avait récupéré la sienne (d’âme, suivez un peu !) et se barra.
En attendant, la petite fille se retrouvait trois fois née, le cœur en morceaux (une âme, ça a des effets secondaires plutôt pénibles…) et en convalescence, parce que mourir, mine de rien : c’est fatiguant !

Ah ouais… By the way, la petite fille, elle vous emmerde.
Et moi aussi !

Allez, salut bisous !
Proie."



C'est du premier jet qui pique un peu les yeux mais je sens que je tiens le bon bout.

 Bon, au boulot, j'ai un roman jeunesse qui ne va pas se corriger tout seul.

jeudi 1 mars 2018

Le Chemin Jusqu'à Demain (4)

Alors qu'ai-je fait depuis le nouvel an ?

J'ai terminé "De Neige et d'Argile" en janvier et en février j'ai repris l'écriture du "Chemin Jusqu'à Demain".
Eh oui ! C'est le retour du chemin, de mes gosses et de mes monstres métaphoriques (Oui, l'Ogre, c'est une image, une métaphore, il n'a pas de bottes de sept lieues !) et des extraits !

Deux aujourd'hui... Vous êtes gâtés !



Mélie lui donne son petit sac-à-dos. Celui que Mélanie lui a préparé...
Elle a un peu envie de pleurer et elle est fatiguée. Mais elle veut pas demander à Marian de la prendre encore sur ses épaules. Elle est fâchée contre lui ! C’est pas bien de tuer les gens ! Et de l’obliger à marcher encore !
Pourtant, quand il lui tend la main, elle la prend et le laisse l’entrainer à sa suite. Il fait attention à ne pas faire de trop grandes enjambées.
Il est gentil, Marian, quand il n’est pas méchant.



Et un, un peu moins mignon...



"C’est le choc des titans, le révolver vole dans les airs. Marian heurte la charge de l’homme, la dévie. Derrière lui, Malienki s’est figée, bouche ouverte sur un cri silencieux. Clem non plus n’a pas bougé, tétanisé.
Marian tourne la tête vers eux.
 Courez ! rugit-il. Allez !
Le garçon sursaute. Marian n’a pas le temps de leur accorder plus de temps. L’Ogre revient à la charge, son couteau bien en main. Derrière lui, il entend Malienki crier :
 Marian ! Marian !
 Viens Mélie !
Du coin de l’œil, il voit Clem attraper la petite par la taille. Elle se débat, les joues liées de larmes.
 Je veux pas ! Marian !
La lame mord dans son bras. Il se dégage et assène un coup sec sur la nuque crasseuse du grand homme. Son attention focalisée sur son adversaire, il entend un bruit de course. Le garçon emmène sa toute-petite à l’abri.


Irina, j’ai protégé les enfants


L’Ogre est parti lécher ses plaies. Les gosses ont disparu, ils ont obéi pour une fois. Marian s’assied tant bien que mal. Il a réussi à remettre la main sur son arme. Cette fois, il ne laissera pas tuer ses petits.
Il faut un monstre pour tuer un autre monstre, paraît-il.
Il se redresse en prenant appui contre un mur à moitié écroulé. Il a une dernière chasse à mener."



 (Comme toujours, c'est du premier jet qui pique un peu les yeux)


 Je vais commencer les corrections de "De Neige et d'Argile", le dernier tome de Murmures. Je l'ai bien laissé reposer, il est temps de m'y remettre !



Gribuibuis - le sniffeur

Le sniffeur... Je suis contente de son corps et de ses yeux de myope mais le reste... >.< Je m'amuse un peu avec mes crayons m...