vendredi 27 juin 2014

Belgattitude

Je viens de faire un (petit) post sur fesses de bouc et, finalement, je vais le partager ici parce que, c'est vrai quoi... Être belge et en être fière, y a pas de quoi en avoir honte !

"Je ne regarde pas les matchs du mondial. Je jette un œil quand mon mari zappe dessus et, généralement, je m'étonne (tiens, les buts belges n'étaient pas dans l'autre sens la dernière fois que tu as zappé ?) et ne comprends pas les hors jeu et autres trucs... en fait, ça ne m'intéresse pas tellement.

Par contre, mon drapeau belge est pendu à ma fenêtre et j'ai collé un plus petit juste au-dessus. Je suis fière de notre équipe.

Pas par passion du foot ! Si ça ne tenait qu'à moi, je distribuerais 21 ballons à ces pauvres hommes qui courent après une unique baballe.

Pas par chauvinisme, non plus. Je laisse ça aux français... (Allez ! Partez pas, les gars ! Je blague, hein !)

Mais ça fait trop longtemps que le belge en général souffre d'un complexe d'infériorité. Alors oui, ça nous rends probablement attachants (?), mignons, un peu cons, inoffensifs aux yeux des autres. Et puis, pratiquer l’auto-dérision, c'est bien, histoire de ne pas se prendre trop au sérieux mais ça ne veut pas dire servir de paillasson.

Alors, sincèrement, j'aime le succès de notre petite équipe de diables, tout comme j'ai apprécié Justine et Kim (et je n'aime pas plus le tennis que le foot). Tout comme j'apprécie le succès de mister Poelvoorde, Amélie Nothomb... Mais aussi celui de Cindy Van Wilder - Auteur avec ses Outrepasseurs, celui de Bérengère Rousseau Lefèbre avec son livre sur la seconde guerre mondiale qui va bientôt sortir ou celui de la romantique Jess Swann, Auteure.

J'ai lu pas mal d'articles où des français, des anglais crachent littéralement sur notre équipe nationale. Nous, ici, on en rigole plus qu'autre chose (peuvent bien faire les malins, les supporters et commentateurs des bleus avec leurs sept points. Les Red Devils en ont neuf, eux ! Et toc !) mais apparemment, la présence des belges ne plait pas à tout le monde.

Ben, moi je dis : tant pis, les gars, va bien falloir vous y faire. Les ptits belges sont là ! On a les idées et le talents. Et si nos politiques ne sont pas à la hauteur, ils ne sont pas pires qu'ailleurs.

Il faut arrêter de baisser la tête et de dire : "ben oui mais on est belge" presque en s'excusant.

De mon petit niveau, je ne suis pas connue mais je me rends compte que tout doucement, j'ai mon petit lectorat. J'en suis fière.

Fière d'être auteur. De continuer sur ma petite route qui deviendra grande ou pas, l'avenir me le dira et puis voilà ! Je suis fière de rencontrer des lecteurs, des futurs lecteurs lors des festivals en Belgique qui sourient étonnés et heureux quand je leur dis que je suis du coin (ça, c'est du livre du terroir, ma brave dame !).

Je suis belge, pire encore, je suis liégeoise. Je suis métisse entre Wallonie et Flandres. Mais je suis belge et fière de l'être.

Parce qu'être belge, c'est aussi un état d'esprit ! Une façon d'être où on ne se choppe pas la grosse tête, où on a le sens du paradoxe et du surréalisme. Où on sait faire des compromis que personne d'autres que nous ne peut comprendre.

Notre pays est fait de bric et de broc mais c'est comme ça que je l'aime. C'est un peu pour ça aussi que nous devons rester fiers et relever la tête. La Belgique, c'est le pays de la frite et de Magritte. Le pays du Manikenpiss, de Till Uylenspiegel, du Torré, du doudou et de Tchantchès (et Nanesse). C'est le pays des nutons, du Grand Jojo et de Jean Ray.

Allez les belges ! Que vous rattrapiez ou non ce foutu ballon, on sera fiers quand même !"

Les ptits belges ! Les ptits belges sont au Brésil, avec les cariocas !

2 commentaires:

  1. En tant que Français, je trouve cette « petite » équipe bien sympathique, bravo la Belgique !

    RépondreSupprimer
  2. Les Diables Rouges se sont arrêtés aux quart de finale. Direction l'Euro, si j'ai bien compris ! ^°-°^

    RépondreSupprimer

Sous l'Ombre des Ténèbres

"L’astroport grouille de monde. Accoudés à une rambarde, Sol et Reevi regardent la multitude bariolée passer en dessous d’eux. — Alors...