mardi 29 juillet 2014

Toute ma vie, j'ai rêvé...

... d'avoir les fesses en l'air.

Je ne peux pas m'empêcher de partager un moment de franche rigolade pendant l'écriture.

Où Proie et Jack se retrouvent dans une situation délicate.




"— Je ne peux pas l’attraper, il est entre mes jambes.
Il [Jack] n’ajoute pas qu’avec ses blessures, il ne se sent pas trop de se contorsionner dans l’habitacle étroit de la bagnole. Quant à moi, l’idée de montrer mes fesses à la Grande Chasse m’arrache un rire presque hystérique.
— Ne va pas te faire des idées, Casanova !
Il grogne :
— C’est déjà mieux que Médor…
Je continue de hoqueter mon hilarité entre ses cuisses tout en tâtonnant sur le sol. Surtout ne pas penser que n’importe quel veneur ou Chien pourrait me croquer les fesses ! Finalement, je mets la main sur le téléphone portable tombé sur l’écran, histoire que je ne puisse pas le trouver facilement."

Sur ce, je vous souhaite de passer une bonne nuit !

2 commentaires:

  1. Je comprends mieux l'origine de la rigolade ! Merci d'avoir partagé !
    (Proie a quand même le chic pour se mettre dans de ces situations...)

    RépondreSupprimer

Sous l'Ombre des Ténèbres

"L’astroport grouille de monde. Accoudés à une rambarde, Sol et Reevi regardent la multitude bariolée passer en dessous d’eux. — Alors...