jeudi 1 mars 2018

Le Chemin Jusqu'à Demain (4)

Alors qu'ai-je fait depuis le nouvel an ?

J'ai terminé "De Neige et d'Argile" en janvier et en février j'ai repris l'écriture du "Chemin Jusqu'à Demain".
Eh oui ! C'est le retour du chemin, de mes gosses et de mes monstres métaphoriques (Oui, l'Ogre, c'est une image, une métaphore, il n'a pas de bottes de sept lieues !) et des extraits !

Deux aujourd'hui... Vous êtes gâtés !



Mélie lui donne son petit sac-à-dos. Celui que Mélanie lui a préparé...
Elle a un peu envie de pleurer et elle est fatiguée. Mais elle veut pas demander à Marian de la prendre encore sur ses épaules. Elle est fâchée contre lui ! C’est pas bien de tuer les gens ! Et de l’obliger à marcher encore !
Pourtant, quand il lui tend la main, elle la prend et le laisse l’entrainer à sa suite. Il fait attention à ne pas faire de trop grandes enjambées.
Il est gentil, Marian, quand il n’est pas méchant.



Et un, un peu moins mignon...



"C’est le choc des titans, le révolver vole dans les airs. Marian heurte la charge de l’homme, la dévie. Derrière lui, Malienki s’est figée, bouche ouverte sur un cri silencieux. Clem non plus n’a pas bougé, tétanisé.
Marian tourne la tête vers eux.
 Courez ! rugit-il. Allez !
Le garçon sursaute. Marian n’a pas le temps de leur accorder plus de temps. L’Ogre revient à la charge, son couteau bien en main. Derrière lui, il entend Malienki crier :
 Marian ! Marian !
 Viens Mélie !
Du coin de l’œil, il voit Clem attraper la petite par la taille. Elle se débat, les joues liées de larmes.
 Je veux pas ! Marian !
La lame mord dans son bras. Il se dégage et assène un coup sec sur la nuque crasseuse du grand homme. Son attention focalisée sur son adversaire, il entend un bruit de course. Le garçon emmène sa toute-petite à l’abri.


Irina, j’ai protégé les enfants


L’Ogre est parti lécher ses plaies. Les gosses ont disparu, ils ont obéi pour une fois. Marian s’assied tant bien que mal. Il a réussi à remettre la main sur son arme. Cette fois, il ne laissera pas tuer ses petits.
Il faut un monstre pour tuer un autre monstre, paraît-il.
Il se redresse en prenant appui contre un mur à moitié écroulé. Il a une dernière chasse à mener."



 (Comme toujours, c'est du premier jet qui pique un peu les yeux)


 Je vais commencer les corrections de "De Neige et d'Argile", le dernier tome de Murmures. Je l'ai bien laissé reposer, il est temps de m'y remettre !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Citadelle de Namur

Petit point rendez-vous, les zaminches. Je serai le samedi 7/7 aux médiévales de Namur avec Séma Editions. Il paraît qu'on sera tout p...